Skip to Content

Nous adressons toutes nos pensées à la famille de notre ami Jérôme !

http://www.forumsig.org/showthread.php/43488-Disparition-de-Phoenix

[Manuel GRASS 6] Les données vectorielles sous GRASS


Les données vectorielles sous GRASS 6, un changement par rapport à GRASS 5.3 : modèle topologique, données attributaires, commandes de conversion et manipulation de données et de types vectoriels.

 

 

Traitement de données vecteurs sous GRASS GIS

 

Import de couches vectorielles

Le module v.in.ogr offre une interface de conversion pour de nombreux formats vectoriels. De plus, il offre des options telles que la création de nouveaux Secteurs (Locations) à la volée ou l'extension de la région originale afin qu'elle s'adapte à l'étendue de la couche vectorielle importée. Pour des cas spécifiques d'autres modules sont disponibles, par exemple : v.in.ascii pour un fichier texte contenant des coordonnées et des données attributaires en entrée et v.in.db pour une base de données contenant des coordonnées et des données attributaires en entrée.

Opérations sur les couches vectorielles

Le traitement des couches vectorielles GRASS se fait toujours sur l'ensemble de la couche. Au besoin, on peut découper un morçeau de la couche en entrée à l'aide de la région courante avant de faire ses traitements (v.in.region, v.overlay,v.select).

Modèle vectoriel et topologique

GRASS est un SIG topologique qui aide à produire des couches vectorielles avec une géométrie bien propre. Les objets suivant sont disponibles :
  • point : un point
  • ligne : une séquence de sommets connectés par des ligne(s) avec deux extrêmités appellées noeuds
  • contour : la ligne de contour d'une entité surfacique
  • centroïde : le point d'étiquettage d'une entité surfacique
  • entité surfacique : l'ensemble topologique consituté par un centroïde et un contour
  • face : une facette 3D
  • kernel : un centroïde 3D dans un volume (pas encore implémenté)
  • volume : une entité 3D (pas encore implémenté)

Le module v.type sert à convertir entre différents types vectoriels (points, lignes, polygones) lorsque cela est possible. Le module v.build sert à identifier les erreurs de topologie. Il permet d'extraire les objets vectoriels erronés dans une couche séparée. On peut alors corriger les erreurs topologiques manuellement grâce à v.digit ou, dans une certaine mesure, automatiquement par l'intermédiaire de v.clean. Les polygones adjacents se trouvent dans v.to.db (voir l'option "sides").

Gestion des attributs

GRASS peut être connecté à un ou plusieurs systèmes de gestion de bases de données (SGBD) La famille de commandes db.* fournit un support SQL basique pour la gestion des données attributaires, tandis que la famille de commandes v.db.* permet de travailler sous une couche vectorielle.
  • Catégorie : Le code donné dans la catégorie est l'identifiant du vecteur. On l'utilise pour relier les attributs à chacun des objets vectoriels. Ce code est stocké à l'intérieur du fichier géométrique des objets. Grâce à v.category, on peut afficher ou gérer ces codes de catégories.
  • Couches : Il est possible de lier un objet vecteur à une ou plusieurs tables. Par défaut, seule la première couche est active, c'est-à-dire que la première table correspond à la première couche. Pour lier d'autres tables à d'autres couches, on peut se servir de v.db.connect afin de maintenir les couches ou de les lister.
  • Gestion SQL : le pilote DBF fournit seulement un support SQL relativement limité (étant donné que DBF n'est pas une base SQL à proprement parler) alors que d'autres extensions SGBD (comme PostgreSQL, MySQL etc) fournissent un support SQL complet puisque les commandes SQL sont directement envoyées au moteur SQL. On peut exécuter des commandes SQL directement en utilisant db.execute, db.select ainsi que les autres modules db.*.

Lorsque l'on crée des couches vectorielles à partir de zéro, on doit en général créer une table attributaire et la table doit être renseignée par un tuple pour chacun des codes de catégories (en utilisant v.to.db). Toutefois, ceci peut se faire en une seule étape en utilisant v.db.addtable en parallèle à la définition de la structure de la table (typage des champs).

Edition des attributs vectoriels

Pour éditer manuellement les attributs d'une table, la couche doit être requêtée en mode édition à l'aide de d.what.vect. Il est recommandé d'utiliser la syntaxe SQL.

 


Site officiel : GRASS GIS


GNU FDL Copyright (C) Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the GNU Free Documentation License, Version 1.3 or any later version published by the Free Software Foundation; with no Invariant Sections, no Front-Cover Texts, and no Back-Cover Texts. A copy of the license is included in the section entitled "GNU Free Documentation License".

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.